Historique de l'association

Née en janvier de l’an 2000, la Guerre des Couronnes avait au départ pour objectif de rassembler le plus de membres possibles pour reconstituer par le biais d’un jeu grandeur nature, des escarmouches du début de la guerre de cent ans, Français contre Anglais.

Issus pour la plupart du monde du jeu de rôle grandeur nature, nos standards se voulaient assez poussés.
La période choisie était elle-même assez vaste, allant de 1350 à 1400.
Les grands heaumes côtoyaient alors les bassinets à mézail fin de siècle sans trop nous gêner !

Peu à peu, nous avons ressenti le besoin de resserrer notre cadre historique, vers quelque chose qui n’était pas encore de la reconstitution, mais qui en tout cas n’était plus du grandeur nature.
Nous voulions faire « plus vrai ».


En 2006, nous avons franchi notre première grande étape quand nous sommes passés des combats équipés d’armes en mousse à nos premières épées en acier.
C’est là que nous avons pris conscience qu’il était possible d’avancer encore vers plus d’historicité car nos équipements, non prévus pour du combat à l’arme lourde, vieillissaient trop vite. Nous en avons profité pour les changer, par des armures plus conformes à une certaine réalité historique !

Puis en 2008 nous avons osé pour la première fois rencontrer d’autres compagnies de reconstituants. Pour ce faire, Français et Anglais de notre association se sont rassemblé autour d’un projet commun, adoptant une seule bannière, celle du comte de Vaudémont, seigneur Lorrain au service du roi de France, mort à la bataille d’Azincourt le 25 octobre 1415.
Ce fut notre première participation à la reconstitution de la bataille d’Azincourt, dans le département du Nord Pas de Calais, à 1200 kilomètres de Marseille.
Nous avions entre temps élevé encore notre niveau d’exigences de manière importante, voulant nous inscrire cette fois ci résolument dans la dynamique d’un groupe de reconstituants.
La période fut donc orientée sur la fin du XIV° siècle, entre 1380 et 1400.
Nous étions persuadés d’être une compagnie crédible…

Nous avons réalisé à quel point nous étions éloigné du but que nous nous étions fixé !
D’aucun croyaient gentiment en notre potentiel, mais nous éprouvions un grand sentiment d’inachevé, voyant bien à quel point nous pêchions.

A partir de là nous avons encore travaillé assidûment pour changer, refaire tout ce qui n’allait pas, à tous les niveaux.
Encore une fois, après tant d’efforts, nous croyions être enfin parvenus à notre but.
Et en 2010, une phrase lâchée par un membre d’une compagnie rigoureuse nous a fait comprendre que ce n’était pas le cas, car selon lui nos équipements faisaient illusion jusqu’à trois mètres.
Nous avons décidé de ne pas aller à Azincourt en 2011 car nous avions trop de travail à accomplir pour être à la hauteur du but fixé : reconstituer de manière un tant soit peu sérieuse la garde personnelle d’un comte en campagne.

A ce jour, nous avons fait le choix de continuer d’essayer de nous rapprocher le plus possible de notre objectif, étant maintenant bien conscients qu’il y aura toujours un domaine à améliorer, à revisiter.
Donc nous avons encore de beaux et nouveaux projets qui nous portent, nous rassemblent et nous font garder des yeux d’enfants sur le merveilleux Moyen Âge.

Mais nous sommes forts de l’enthousiasme de nos membres, de notre ouverture vers les autres, et l’expérience acquise nous pousse toujours plus loin, en n’oubliant surtout pas que le plus important à nos yeux, c’est quand même de s’amuser, d’éprouver du plaisir dans cette belle aventure, et de transmettre ce que nous savons.